Photos et cartes postales

Le Grand Hôtel Bellevue de Monnetier-Mornex

<< carte précédente
carte suivante >>


Éditeur : AmateurN° de carte : -
Commune : Monnetier-MornexLieu-dit : Hôtel Bellevue

Ce magnifique établissement de premier ordre fut construit en 1890 à l'altitude de 750 mètres sur le mont des Anes et ouvert en 1891, donc avant la ligne du chemin de fer.

Auguste Bonzanigo (1856-1921), propriétaire de l’hôtel, profita pleinement de la proximité de la gare principale du chemin de fer, nommée Monnetier-Mairie mais que certains appelaient Monnetier-Bellevue. Avec son fils Georges (1883-1952) il était, bien sûr, actionnaire du chemin de fer et membre du Syndicat d'Initiative du Salève (siégeant à Monnetier-Mornex) dans les années 1930.

On relève dans le Registre des déclarations de construction de Monnetier-Mornex le 25 mai 1891, une demande d'autorisation déposée par Auguste Bonzanigo pour la « construction de dépendances d'hôtel ». Cette demande est la première inscrite sur le registre de la commune.

L'agrandissement du corps principal de l'hôtel fut réalisé vers 1905 tandis que le court de tennis fut installé entre les deux guerres ; celui-ci devenait patinoire en hiver quand Bonzanigo arrosait le sol le soir.

L’établissement recevait principalement les riches étrangers, surtout des Anglais et des Américains mais aussi le Tout-Paris et les membres de la Société des Nations à Genève.

Parmi les hôtes célèbres, il faut citer : Aristide Briand (1862-1932), avocat, homme d'Etat français, vingt-cinq fois ministre et prix Nobel en 1926, Edouard Herriot (1872-1957), homme politique, écrivain académicien, ministre et maire de Lyon, Edouard Benès (1884-1948), homme d'Etat tchécoslovaque qui sera président de la République de 1935 à 1938 puis de 1945 à 1948 et aussi René Coty (1882-1962), président de la République française de 1953 à 1959.

Une pièce de théâtre Mademoiselle Josette, ma femme, eut pour décor du deuxième acte le grand salon de l’hôtel Bellevue et le chemin de fer du Salève y est évoqué à plusieurs reprises par les comédiens. En 1907, l’Illustration théâtrale publia le texte de cette comédie dans son numéro 49. La pièce fut jouée par Gaston Dubosc à Paris au théâtre des Bouffes parisiens et le photographe Félix Nadar (1820-1910) immortalisa l’acteur en costume de scène (manteau et chapeau haut de forme). Au moins trois films portèrent le même titre : le premier film, muet, en 1926, réalisé par Gaston Ravel, puis un second film en 1933, réalisé par André Berthomieu (1903-1960) avec Annabella (1907-1996), Edith Méra, Jean Marconi, Jean Murat et Gaston Mauger (durée : 1 heure 24) et enfin en 1950, par Berthomieu également avec Fernand Gravey (1904-1970), Odile Versois, Robert Arnoux et Lysian Rey (durée 92 minutes).

Auguste Bonzanigo et sa femme Eugènie Fleur-de-Lys (1853-1922) eurent deux enfants, Georges (1883-1952) et Yvonne (1890-1969) ; Georges, hôtelier comme son père, épousa Marguerite Rossier (1896-1995), qui lui donna deux enfants : Suzanne (1924-1997) et Georgette en 1927.

L'établissement de Bonzanigo hébergea le Secours National de 1942 à 1946, puis, réparé et ouvert, fut vendu par Bonzanigo en juin 1948 à la Société des Aciéries de Denain-Anzin-Usinor qui l’utilisa comme aérium jusqu’en 1981 pour les enfants de ses employés. Bellevue resta fermé puis devint « Village de vacances » de 1986 à 1992. Les derniers hôtes de l'hôtel furent des réfugiés demandeurs d’asile en attente de régularisation. L’incendie du 16 octobre 2001 détruisit en grande partie le bâtiment principal, mais le souvenir d'Auguste Bonzanigo reste visible avec ses deux initiales en fer forgé décorant les portes du Grand Hôtel Bellevue.

La propriété Bellevue recèle le gouffre le plus profond du massif du Salève (- 160 mètres).

Pour d’autres photos de l’hôtel Bellevue, suivez la chronologie avec la carte suivante.

Photo Collection privée.



Copyright © 1998-2017 La Salévienne
Mentions légales

Logo Sociétés savantes.gif
Logo Département Haute-Savoie

Webmasters :
Gérard Lepère et Lionel Saumon